Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 20:59

Elisa Vellia vous propose ce stage à Keryannick (Elliant) de 10h à midi et de 14h à 17h, au prix de 35€ la journée.

Le midi, chacun amène un plat (pourquoi pas grec ?) à partager ; possibilité de réchauffer sur place.

Un concert avec Elisa aura lieu à 18h (gratuit pour les stagiaires - au chapeau pour les autres).

Voir programme détaillé, ci-joint. Inscriptions : keryannick@aol.com

Pour plus de renseignements : Isabelle POSTEC, 06 26 24 90 29

Atelier de chant grec et concert Elisa Vellia - dimanche 22 mai 2016
Atelier de chant grec et concert Elisa Vellia - dimanche 22 mai 2016Atelier de chant grec et concert Elisa Vellia - dimanche 22 mai 2016Atelier de chant grec et concert Elisa Vellia - dimanche 22 mai 2016

Partager cet article

Repost 0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 21:54

« Je suis venu pour chanter et pour que tu chantes avec moi. »Pablo Neruda

« Le Canto General est le chant de la naissance, de la floraison, du combat, et du sacrifice de tous les peuples d’Amérique latine. »Mikis Theodorakis

Samedi 13 décembre à 20h30 à l'AVEL DRO (Plozevet)

Vous pouvez réservez vos places par téléphone au 06 83 40 96 02
ou passer acheter votre place à la médiathèque de Plozevet
13€ / 7€ jeunes, handicapés, demandeurs d'emploi /15€ sur place le soir du concert

Le Canto General de Mikis THEODORAKIS dans la région bigoudène !

Partager cet article

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 21:37
 
    Près de 6 000 spectateurs ont assisté samedi soir 14 septembre, au spectacle Ποιος τη ζωή μου / Qui pourchasse ma vie ! Deux bateaux  ont fait la navette entre Lavrio  à partir de 18heures : des spectateurs y avaient aussi débarqué sur leurs propres embarcations.
 
  16177440 EVT MAKRONHSOS PARASTASH MIKHS THEODORAKHS 64 limg
Photo : TA NEA 16.09.2013.
Au fond, les lumières de Lavrio : illumination exceptionnelle sur toute la côte, de Sounio à Keratea. 
 
 
   Le prix de la traversée (environ 15 minutes)  A-R  était de 12 euros incluant le concert, gratuit, les 25 acteurs et danseurs, les 4 chanteurs et chanteuses et les 11 musiciens donnant bénévolement cette dernière et symbolique représentation, dernière étape de leur tournée.
 
   Pendant les 15 jours qui ont précédé la manifestation, 150 techniciens, aidés de 200 bénévoles ont travaillé sur le site : mise en place de l'électricité au moyen de 6 génératrices, montage et équipement de la scène, transport de 5000 chaises, installation de toilettes sèches et de lieux de restauration, sans oublier, avec l'aide de Médecins du Monde et de la Croix-Rouge  un centre de secours  et des moyens de regagner rapidement la côte, au cas où..., sans oublier les poubelles...
 
   Toute cette logistique indispensable, mais très lourde, a été assurée par les services de la Lauréotique et de l'île de Kéa : bien que géologiquement Makronissos appartienne à la Lauréotique, du point de vue administratif, l'île fait partie des Cyclades et dépend donc de Kea, la Cyclade la plus proche.
mikis1 
  
 
    Les spectateurs arrivés de bonne heure ont pu se promener, ou plutôt se recueillir dans ce lieu d'enfermement et de tortures,  et découvrir les bâtiments que les détenus (militaires et civils) construisirent de leurs propres mains, démolirent pour les reconstruire etc, eux-mêmes étant "logés" dans des tentes...  
 
    L'émotion au cours de ce concert s'ouvrant et se fermant par la projection de photographies d'archives et d'un extrait du documentaire Το χρώμα της ελευθερίας / La couleur de la liberté de Yannis Katomiris, culmina pendant les chansons, celles qui disent toute une époque de luttes, de résistance, de souffrance mais aussi d'espoir. Certaines d'entre elles, notamment celles qui sont composées sur des poèmes de Ritsos (il connut lui aussi l'enfer de Makronissos) et d'Elytis peuvent apparaître aux yeux des Grecs comme écrites aujourd'hui pour aujourd'hui...
 
   Mikis Theodorakis, en raison de ses difficultés à se déplacer, n'a pu y assister : dans le message enregistré qu'il a fait parvenir, il rappelle que c'est à Makronissos, en 1948 (il avait 23 ans) qu'il a composé sa 1ère Symphonie dont le début a été diffusé en prélude du spectacle.
 
«Η εκδήλωση αυτή αποτελεί για μένα μία ρεβάνς για λογαριασμό όσων πέρασαν από το νησί εκείνες τις εποχές. Τώρα που σας μιλώ, έχω επιστρέψει νοερά στο στρατόπεδο το 1948 και -καθώς βλέπω τα πεντάγραμμα με την Πρώτη Συμφωνία μου- κάνω ένα άλμα στο χρόνο και σκέφτομαι ότι αυτή η μουσική που γράφω τώρα και σε λίγο θα βρεθεί σκορπισμένη πάνω στα συρματοπλέγματα, θα έρθει μια εποχή που θα ηχήσει νικητήρια πάνω από αυτούς τους ματωμένους βράχους».
 
"Ce spectacle  est pour moi une revanche, en mémoire de tous ceux qui passèrent en ce temps-là par cette île. Maintenant, au moment où je vous parle, me voici revenu en pensée dans le camp en 1948 et, regardant les portées de ma 1ère Symphonie, je un saut dans le temps, et tout en l'écrivant je me dis que pour cette musique que je suis en train d'écrire et qui tout à l'heure  se retrouvera dispersée sur les barbelés, un temps viendra où elle résonnera, victorieuse, sur ces rochers ensanglantés."
 
  
 Les quatre solistes : 
 Κώστας Μακεδόνας / Kostas Makedonas,
 Γιώτα Νέγκα / Giota Nenka
 Κώστας Θωμαΐδης / Kostas Thomaïdis 
 Άννα Λινάρδου / Anna Linardou  
   
 
***********    
Chant : Kostas Makedonas 
 
Video : Ourania Charmanidi
     
  
Aυτά τα δέντρα δε βολεύονται με λιγότερο ουρανό,            Ces arbres ne peuvent se rassasier de moins de ciel,
αυτές οι πέτρες δε βολεύονται κάτου απ’ τα ξένα βήματα,  ces pierres ne peuvent se rassasier sous les pas des étrangers,
αυτά τα πρόσωπα δε βολεύονται παρά μόνο στον ήλιο,     ces hommes ne peuvent se rassasier que de soleil,
αυτές οι καρδιές δε βολεύονται παρά μόνο στο δίκιο.         ces coeurs ne peuvent se rassasier que de justice.

Eτούτο το τοπίο είναι σκληρό σαν τη σιωπή,                       Ce pays est aussi dur que le silence,
σφίγγει στον κόρφο του τα πυρωμένα του λιθάρια,              il serre contre son sein ses dalles embrasées,
σφίγγει στο φως τις ορφανές ελιές του και τ’ αμπέλια του.   il serre dans la lumière ses vignes et ses olives orphelines.
Δεν υπάρχει νερό. Mονάχα φως.                                          Il n'y a pas d'eau. De la lumière, seulement.

O δρόμος χάνεται στο φως,                                                  Le chemin se perd dans la lumière,
κι ο ίσκιος της μάντρας είναι σίδερο.                                     métal est l'ombre de l'enclos.
     
Κάτω απ’ το χώμα μες στα σταυρωμένα χέρια τους             Sous la terre, entre leurs bras croisés
κρατάνε τις καμπάνας το σχοινί,                                           ils tiennent la corde de la cloche,
προσμένουνε την ώρα,                                                         ils attendent l'heure,
προσμένουν να σημάνουν την ανάσταση                             ils attendent de sonner la résurrection.
Tούτο το χώμα είναι δικό τους και δικό μας                          Cette terre elle est à eux, elle est à nous
δεν μπορεί κανείς να μας το πάρει.                                       Nul ne peut nous la prendre.

Σώπα όπου να `ναι θα σημάνουν οι καμπάνες.                   Tais-toi, bientôt les cloches sonneront.
 
Extraits de Ρωμιοσύνη / Grécité de Ritsos écrit en 1945-47, mis en musique par Theodorakis en 1966
Traduction de Jacques Lacarrière Ed. Fata Morgana, 1976.
***********
 
Chant d'exil : paroles d'Errikos Thalassinos. 1962 
 
Video : Stathis Tsiampaos
 
Φεγγάρι μάγια μου ‘κανες
και περπατώ στα ξένα
είναι το σπίτι ορφανό
αβάσταχτο το δειλινό
και τα βουνά κλαμένα
Στείλε ουρανέ μου ένα πουλί
να πάει στη μάνα υπομονή

Στείλε ουρανέ μου ένα πουλί
ένα χελιδονάκι,
να πάει να χτίσει τη φωλιά
στου κήπου την κορομηλιά
δίπλα στο μπαλκονάκι,
στείλε ουρανέ μου ένα πουλί
να πάει στη μάνα υπομονή

Να πάει στη μάνα υπομονή
δεμένη στο μαντίλι
προικιά στην αδερφούλα μου
και στη γειτονοπούλα μου
γλυκό φιλί στα χείλη


 
      Exercice de traduction ! Ce n'est vraiment pas difficile ! 
 
***********
Σαββατόβραδο / Samedi soir
Paroles : Tasos Livaditis 
 

 

Video : idem

 
 
   Μοσχοβολούν οι γειτονιές
βασιλικό κι ασβέστη,
παίζουν τον έρωτα κρυφά
στις μάντρες τα παιδιά.

Σαββάτο βράδυ μου έμορφο
ίδιο Χριστός Ανέστη,
ένα τραγούδι του Τσιτσάνη
κλαίει κάπου μακριά.

Πάει κι απόψε τ' όμορφο
τ' όμορφο τ' απόβραδο,
από Δευτέρα πάλι
πίκρα και σκοτάδι.
Αχ, να `ταν η ζωή μας
Σαββατόβραδο
κι ο Χάρος να `ρχονταν
μια Κυριακή το βράδυ.

Οι άντρες σχολάν' απ' τη δουλειά
και το βαρύ καημό τους
να θάψουν κατεβαίνουνε
στο υπόγειο καπηλειό.

Και το φεγγάρι ντύνει, λες,
με τ' άσπρο νυφικό του
τις κοπελιές που πλένονται
στο φτωχοπλυσταριό.

Πάει κι απόψε τ' όμορφο
τ' όμορφο τ' απόβραδο,
 Encore un exercice, sans difficultés !
***********
Άρνηση / Arnissi / Refus
Poème de Seferis
 
 

 

 

Στο περιγιάλι το κρυφό               Sur la plage secrète
κι άσπρο σαν περιστέρι              blanche comme une colombe
διψάσαμε το μεσημέρι                à midi nous avons eu soif
μα το νερό γλυφό.                       mais l'eau était saumâtre

Πάνω στην άμμο την ξανθή        Sur le sable blond
γράψαμε τ’ όνομά της                 nous avons écrit son nom :
Ωραία που φύσηξε ο μπάτης      la brise a si bien soufflé
και σβήστηκε η γραφή .              que l'écriture s'est effacée

Με τι καρδιά, με τι πνοή,             Avec quel souffle, avec quel coeur
τι πόθους και τι πάθος                quels désirs et quelle ferveur
πήραμε τη ζωή μας· λάθος!        nous vivions notre vie : erreur !
κι αλλάξαμε ζωή.                         Et nous avons changé de vie.

M.R   

Partager cet article

Repost 0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 19:07

     

Quelques photos prises avant le concert

 

 

 

P1030398

Katerina Vlahou (un peu décrépie, la loge...)

 

Musicienne confirmée, dotée d’une solide formation lyrique, Katerina Vlahou

a fait des études supérieures en harmonie et en ethnomusicologie à Thessalonique et joue de la flûte traversière.

Prolongeant la tradition d’interprétation de Melina Merkouri

en faisant connaître la chanson grecque en Europe,

elle chante en France depuis 2001 - avec le groupe Mandragore - un répertoire populaire et traditionnel grec,

tout en collaborant avec d’autres groupes, et participe à de nombreux concerts et manifestations culturelles :

 UNESCO, Forum des images des Halles, Auditorium Saint-Germain à Paris...

Elle présente aussi son propre spectacle La danse des foulards,

un spectacle entre tradition et imagination. Discographie : voir http://www.myspace.com/katerinavlahou

 

 

P1030407.JPG 

Katerina et le guitariste et chanteur : Giorgos Alexopoulos

 

Giorgos Alexopoulos, est né en 1954 en Grèce, au Pirée.

Il a suivi des cours de guitare classique au Conservatoire Helliniko Odéon d’Athènes : il est également chanteur.

Il a donné de multiples concerts en Grèce avec le compositeur Costas Klavas.

En France où il réside désormais, Giorgos a accompagné à plusieurs reprises

Nana Mouskouri et la grande chanteuse grecque  Haris Alexiou,

et il participe aussi à de nombreuses manifestations culturelles grecques, à Paris et ailleurs.

 

 

P1030413.JPG

Et  le joueur de bouzouki, notre ami Dimitris Mastrogioglou.

 

Né à Lavrio en 1962, Dimitris Mastrogioglou a commencé à jouer du bouzouki à l’âge de huit ans

et se consacre à cet instrument.

Diplômé du Conservatoire National  d’Athènes,

il a poursuivi ses études à Paris VIII (maîtrise et master 2 de musique).

Entre autres participations, il a accompagné

e Chœur Penn ar Bed  lors du concert Theodorakis et les poètes donné à Quimper en mai 2007,

concert repris en août 2008 à Lavrio.

En juin 2012, à Clermont-Ferrand, il a joué aux côtés d’Angélique Ionatos, dans le Canto General. 

 

*********************

 

 

Le programme alternait atmosphères, rythmes, tonalités et voix.

 

Le concert a commencé par un morceau instrumental, peu connu, écrit par Manos Hadjidakis, pour le film de Jo Dassin Topkapi, ce qui a permis d’emblée aux spectateurs d’apprécier le jeu de Dimitris au bouzouki et celui de Giorgos à la guitare : l’un et l’autre déploieront leur virtuosité dans deux autres pièces pour instruments : Quartier des anges, qui a subjugué  le public et la suite-ballet Zorbas de Mikis Theodorakis, au rythme quasi diabolique dans sa 2ème partie !



Manos Hadjidakis (1925-1992) a non seulement beaucoup composé pour le cinéma, mais il a fait aussi un long chemin avec le « poète-parolier » Nikos Gatsos.



Theodorakis (né en 1925) a mis sa musique au service de la poésie  et de ses luttes : outre les trois figures majeures de la poésie grecque du XXème siècle, Seferis, Elytis et Ritsos, il a aussi mis en musique Varnalis, Anagnostakis, et beaucoup d’autres, absents ici : un concert ne suffit pas ! Dimitris interprète avec vigueur, à la manière de Theodorakis lui-même, une de ces chansons qui firent date et que l’on réentend aujourd’hui dans les manifestations ...

                                           La rouille ne peut rien contre le marbre,

                                           Ni les chaînes contre le vent,

                                           Ni les chaînes contre le Grec.  Chants de la Patrie Amère (Ritsos)



Dans une tonalité plus proche du rebetiko, Stavros Xarhakos (né en 1939) et Manos Loïzos (1937-1982) chantent les bas-fonds du Pirée et des quartiers pauvres, et le « kaïmos», le mal de vivre des malfrats et des laissés pour compte : c’est Giorgos qui interprète de sa voix profonde ces sortes de complainte où, parfois, le son s’étire, s’étire, s’étire.

  

Thanos Mikroutsikos, né en 1947, commence son parcours par Brecht, Ritsos (Cantate de Makronissos) puis s’ouvre à un plus large public avec les poèmes de Nikos Kavvadias qui disent la vie dans le monde clos des cargos, les rencontres étranges et envoûtantes dans les ports, ou sous les Tropiques… Katerina chante son Etoile du Nord, d’une voix tantôt ténue - aussi ténue que le son de sa flûte traversière -, tantôt puissante.



Katerina a enchanté le public, par son talent de flûtiste, par la qualité  de sa voix et ses interprétations pleines de sensibilité et de naturel. Je pense à la berceuse de Theodorakis, au poème de Manos Anagnostakis Dromi palii / Chemins anciens, à l’extrait de l’Erotocritos, ce beau texte du XVIIème siècle de Kornaros, qui date de cette époque que l’on appelle Renaissance Crétoise, avant que les Turcs ne s’emparent de la Crète en 1669.

Et comment n’aurait-elle pas été émue en chantant Ah, ma mère la Grèce et Ah, Grèce, je t’aime !

  

 En bis, ils ont joué et chanté L'enfant souriant / Το γελαστό παιδί (thème musical de Z de Costa-Gavras), et la chanson de Gatsos-Ηadjidakis Parle-moi / Μίλησέ μου

 

Et pour terminer, Katerina a cité le "refrain" de la chanson  Ô soleil intelligible de la Justice d'Elytis.

 

                                                              Μη λησμονάτε τη χώρα μου !

                                                                     N’oubliez pas mon pays !



********************* 

 

       La soirée s'est terminée par un pot.

Merci à Margot pour ses préparations salées,

à Line pour les gâteaux aux noix

à Michelle et Philippe pour les tiropitas, les baklavakia et les kourabiédès !

(Pas de photos, malheureusement)

 

On ne pouvait se quitter sans avoir chanté, tous ensemble : Arnissi / Άρνηση !

 

Texte et photos M.R.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 12:28

 

  Manolis Anagnostakis / Μανόλης Αναγνωστάκης (1925 - 2005 )   

 

est un des grands poètes grecs du XXème siècle. Il est peu connu en France (tout au moins aujourd'hui), et à ma connaissance, son oeuvre poétique, peu abondante, n'a pas été traduite en France, à l'exception de quelques poèmes.

 

Né à Thessalonique, il y commence des études de médecine, interrompues par l'Occupation allemande. En 1942-43, il s'engage dans le mouvement de la Jeunesse communiste EPON et continue le combat pendant la douloureuse période de la guerre civile (1947-1949). Arrêté en 1948, il est emprisonné et condamné à mort en 1949 par un tribunal d'exception, condamnation à la laquelle il échappera grâce à la forte mobilisation qui se met en place.

 

Libéré et amnistié en 1951, il reprend ses études et devient radiologue à Thessalonique qu'il quitte en 1978 pour s'installer à Athènes où il exercera sa profession jusque 1986.

 

Très tôt attiré par la littérature, il publie des poèmes dès 1942, crée une revue étudiante et écrit également des articles de critique littéraire dans des revues diverses.

 

Son oeuvre poétique  tient en un seul volume : Poèmes / Τα Ποιήματα 1941-1971

Quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Mikis Theodorakis : à noter le superbe album Ballades avec Margarita Zorbala et Petros Pandis, sans oublier les poémes Arkadia mis en musique pendant la dictature des colonels.

 

******************

 

Epilogue / Επίλογος

(écrit dans la cellule où le poète attendait son exécution)

   

 

      Ces vers seront peuttre les derniers                                  Οι στίχοι αυτοί μπορεί και να ΄ναι οι τελευταίοι

      Les tout derniers de ceux qui vont scrire                            Οι τελευταίοι στους τελευταίους που θα γραφτούν

      Car les poètes du futur ont disparu                                          Γιατί οι μελλούμενοι ποιητές δε θα ζούνε πια

      Ceux qui pouvaient parler sont morts jeunes                       Αυτοί που θα μιλούσανε πέθαναν  όλοι νέοι

      Et leurs chants de douleur depuis sont des oiseaux          Τα θλιβερά τραγούδια τους γενήκανε πουλιά

      Dans un ciel étranger sous un autre soleil                            Σε κάποιον άλλον ουρανό που λάμπει ξένος ήλιος                  

      Ou des fleuves violents qui courent à la mer                        Γενήκαν άγριοι ποταμοί και τρέχουνε στη θάλασσα

      Où nous perdons la trace de leurs eaux                                  Και τα νερά τους δε μπορείς να ξεχωρίσεις

      Dans ces chants de douleur un lotus a grandi                      Στα θλιβερά τραγούδια τους φύτρωσε ένας λωτός

      Nous en boirons la sève et renaîtrons plus jeunes.            Να γεννηθούμε στο χυμό του εμείς πιο νέοι.

 

Traduction : Michel Volkovitch

Anthologie de la poésie grecque contemporaine 1945 - 2000

Ed. Poésie/Gallimard 2000.

 

******************

  

Lors d'un concert hommage (en quelle année ?) à Manolis Anagnostakis, Mikis Τheodorakis chante ce poème.

 

 


link

Theodorakis interprète ensuite, avec son frère Giannis, un autre poème d'Anagnostakis : Haris 1944 / Χάρης 1944

 

 

******************  

 

Margarita Zorbala / Μαργαρίτα Ζορμπαλά chante Epilogos (disque : Ballades / Μπαλάντες   

 


 link

 

******************  

 

Exigence, rigueur, droiture, lucidité amère, indépendance et fidélité  sont les caractéristiques de son oeuvre, de sa vie et de ses engagements politiques, ce qui en a fait et l'emblème et la mauvaise conscience de sa génération...

A suivre

M.R. 

 

Partager cet article

Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 00:00

 

Laurentis Mahairitsas est un grand connaisseur (et amoureux) de la chanson française : il a passé un an et demi à Paris avec son premier groupe P.L.J. où ils se sont produits dans des "boîtes" parisiennes, nourrissant l'espoir d'une carrière internationale, qui n'est jamais arrivée... et ils sont rentrés en Grèce en 1982.

  

Son premier disque Armageddon met en musique des passages de l'Apocalypse de Saint-Jean. Mahairitsas, en effet, a étudié la musique et le chant orthodoxes : peu d'écho à sa sortie... Mais ce disque réédité en CD récemment a, après coup, été considéré comme l'un des meilleurs du rock grec... Ensuite il poursuit son chemin avec le groupe Les termites, puis seul à partir de 1989, tout en continuant de collaborer avec les autres chanteurs et ou compositeurs grecs.

 

 

****************

 

Madame rêve est une composition d' Alain Bashung (1947 - 2009)

Η κυρία ονειρεύεται 

(le texte grec  est quelque peu différent du texte original) 

  

 

Video  

 

Μαντάμ Ρέβ

Ονειρέυεται ξανά

Το κορμί της ανθίζει και η μνήμη αθροίζει

Συμπληρώνει κενά

Μαντάμ Ρέβ

Ονειρεύεται εραστές

Δίχως γήινο βάρος που τη ρίχνουν με ΄θάρρος

Στη κόλαση

Σε γκρεμούς της πλάσης

Σε επαναστάσεις

Σε φωτιές που καλπάζουν

Σε ουρανούς που σφαδάζουν

Τον έρωτα , τον έρωτα

Δεν αισθάνεται άνθρωπος πιά

Όλα είναι ουρανός και φωτιά

Μαντάμ Ρέβ Μαντάμ Ρέβ

Δεν αισθάνεται πιά Και δεν θέλει αγάπη μαντάμ Ρέβ

Ονειρεύεται διαρκώς

Σαν να βάζει κεφάλια και κορμιά σε μπουκάλια

Που τα σπρώχνει στη θάλασσα

Κρύβει μες στο νεσεσέρ

Ωκεάνια βάθη , του βυθού ταγκαθι

Κι ακόμα Λαιμπτομούς κι αγχόνες

Φλογισμένους χειμώνες Ονειρεύεται εκρήξεις ονειρεύεται έρωτα

Δεν αισθάνεται άνθρωπος πιά

Η αγάπη της πέφτει μακριά

Μαντάμ Ρέβ

Δεν ελεγχεται πια ονειρεύεται έρωτα

Και δεν θέλει αγάπη

 

 

****************

 

Alain Bashung

Live au Chabada d'Angers (1995)

 

 

Video : 

 

Madame rêve d'atomiseurs
Et de cylindres si longs
Qu'ils sont les seuls
Qui la remplissent de bonheur
Madame rêve d'artifices
De formes oblongues
Et de totems qui la punissent

Rêve d'archipels
De vagues perpétuelles
Sismiques et sensuelles

D'un amour qui la flingue
D'une fusée qui l'épingle
Au ciel
Au ciel

On est loin des amours de loin
On est loin des amours de loin
On est loin

Madame rêve ad libitum
Comme si c'était tout comme
Dans les prières
Qui emprisonnent et vous libèrent
Madame rêve d'apesanteur
Des heures des heures
De voltige à plusieurs

Rêve de fougères
De foudres et de guerres
A faire et à refaire

D'un amour qui la flingue
D'une fusée qui l'épingle
Au ciel
Au ciel

On est loin des amours de loin
On est loin des amours de loin
On est loin

Madame rêve
Au ciel
Madame rêve
Au ciel
Madame rêve

 

 

****************

 

 Alain Bashung

Festival des Nuits secrètes 8 août 2008

 

 

Video : link 

 

PS :

Merci à Elpida de m'avoir fait connaître  et cette adaptation et cette chanson de Bashung !

M.R.

 

 

Partager cet article

Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 09:52

 

50 000 spectateurs de tout âge, lundi soir 9 juillet, au Kallimarmaro !

 

( Evidemment, comme d'habitude, aucun écho de ce concert

dans la presse française... )

 

 CINQ HEURES DE MUSIQUE !

 

***********

Le concert s'est ouvert par un :

 

"Απόψε είμαστε όλοι Έλληνες "

 

"Ce soir nous sommes tous Grecs"

 

************

CD Les anges vivent encore en Méditerranée,

Laurentis Mahairitsas et Anne Catherine Gillet interprètent

la chanson-hommage à Maria Callas écrite par Adamo.

 

Adaptation grecque : Odysseas Ioannou / Οδυσσέας Ιωάννου 

 

*****

 

Pourquoi tu chantes ? Τι τραγουδάς ;

 

*****

 

 

 

Video : stellasavon

 

                                                    Τι τραγουδάς, τι τραγουδάς                 Pourquoi tu chantes, pourquoi

                                                    Ποιοι είναι αυτοί που αγαπάς              Qui sont-ils ceux-là que tu aimes

                                                    Τι σου 'χουν δώσει, ποιο σφυγμό        Que t-ont ils donné, quelle pulsation

                                                    Που εγώ για σένα δε μπορώ                 que je n'aurais pas moi pour toi   

                                                    Τι τραγουδάς, τι τραγουδάς                 Pourquoi tu chantes, pourquoi

                                                    για όλους αυτούς της μιας βραδιάς    pour tous ces gens d'un soir

                                                    που σ'αγαπάνε στη σκηνή                    qui t'aiment sur la scène

                                                    κανείς τους δε θα σου σταθεί              dont pas un seul ne sera près de toi

                                                    Τι τραγουδάς, τι τραγουδάς,                Pourquoi tu chantes, pourquoi

                                                    χτες ήμουν ένας βασιλιάς                     hier j'étais ton roi

                                                    ήμουν για σένα η ζωή                            j'étais pour toi la vie

                                                    Τώρα στα χέρια σου πληγή                  Maintenant dans tes bras un fardeau

                                                    Ξέρω σου ζήτησα πολλά                      Je sais j'ai exigé beaucoup de toi

                                                    Αλλά θα μείνω στη σκιά                        Désormais je resterai dans l'ombre

                                                    Να περιμένω για να βγεις                      à t'attendre à la sortie

                                                    Ένας ακόμα θαυμαστής                      Simple admirateur

 

Si tu demandes a l'oiseau pourquoi il vole

Il poursuivra au plus haut sa course folle

Plus haut que les orages et la tourmente Il vole,

il vole libre et moi, je chante, je chante, je chante

 

 

C'est vrai je chante autour du monde

Tu m'aimes, et tu ne comprends pas

Tu me questionnes et tu me sondes,

tu doutes, suis-je encore a toi?

Tu voudrais que je me morfonde,

que je m'eteigne aupres de toi

Que je sois juste douce et feconde

et dans ton ombre, et dans ta loi

Je suis a toi, je suis ta femme,

de tout mon coeur de tout mon corps

Mais laisse-moi au moins mon âme,

je t'aimerai plus fort encore.

 

 M.R.

Partager cet article

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 20:08

 

1er Mai : fête du Travail...

Η φάμπρικα / L'usine

 

Cette chanson très connue du public grec (quelle chanson n'est pas connue !)

 se trouve dans le recueil Immigrés /  Μετανάστες,

 l'un des premiers albums - si ce n'est le premier - à être paru juste après la chute des Colonels en juillet 1974.

Les années 1960 et 1970 ont vu partir dans les villes industrielles allemandes

un nombre extrêmement important de Grecs, des villes comme des campagnes,

à la suite d'accords conclus entre les deux pays.

 

 Les paroles de ces chansons sont  Gιorgos Skourtis / Γιώργος Σκούρτης, écrivain et dramaturge.

Le crétois Giannis Markopoulos / Γιάννης Μαρκόπουλος (né en 1935 à Iraklio) en est le compositeur.

 

 

Ci-dessous, elle est interprétée par Dimitris Mitropanos / Δημήτρης Μιτροπάνος,

sous la direction de Markopoulos (2006).

Ces derniers temps, les "Grands" s'en vont tous, un à un...

 Dimitris Mitropanos est mort, le 17 avril 2012 : il avait 64 ans.

ΑΘΑΝΑΤΟΣ / IMMORTEL, comme disent les Grecs.

 

Pour un hommage à Dimitris Mitropanos, cf le blog Αχ, Ελλάδα σ΄ αγαπώ (en français) : link

 

  

                                               Η φάμπρικα δε σταματά                      L'usine ne s'arrête jamais
                                               δουλεύει νύχτα μέρα                             elle tourne nuit et jour
                                               Και πώς τον λεν τον διπλανό                Et comment s'appelle ton collègue

                                               και τον τρελό τον ιταλό                         et le fou-fou l'Italien

                                               Να τους ρωτήσω δεν μπορώ,             impossible de le leur demander

                                               ούτε να πάρω αέρα                               ni même de souffler un peu

                                               Δουλεύω μπρος στη μηχανή               Je suis attelé à la machine
                                               Στη βάρδια  δύο δέκα                          en faction de deux à dix
                                               Κι από την πρώτη τη στιγμή                Même dès la première minute

                                               μου στείλανε τον ελεγκτή                      on m'a envoyé le contremaître
                                               Να μου πετάξει στο αυτί                      pour me glisser dans  l'oreille

                                               δυο λόγια  νέτα σκέτα                           deux trois mots clairs et nets

                                                Άκουσε φίλε εμιγκρέ                             Ecoute bien l'émigré
                                               ο χρόνος είναι χρήμα                            le temps c'est de l'argent
                                               Με τους εργάτες μη μιλάς,                    pas de bavette avec les collègues

                                               την ώρα σου να την κρατάς                 ton rythme tu le tiens
                                               Το γιο σου μη τον λησμονάς,               Pense à ton fils

                                               πεινάει  κι είναι κρίμα                            il a faim et c'est bien dommage

                                                Κι έτσι στο πόστο μου σκυφτός       Et c'est comme ça que rivé à mon poste
                                                ξεχνάω  τη μιλιά μου                           j'ai oublié comment on parle
                                                Είμαι το νούμερο οκτώ,                     Je suis le numéro huit

                                                με ξέρουν όλοι με αυτό                       c'est sous ce nom qu'on me connaît
                                                Κι εγώ κρατάω μυστικό                      Et moi je le garde en secret 

                                                ποιό είναι τ’ όνομά μου.                     le nom qui est le mien.

 

 Traduction : M.R. Toute proposition est la bienvenue !

 

 

Kika25gr link
*******************
  

 

A la création de ce cycle, l'interprète était Lakis Halkias /  Λάκης Χαλκιάς

   

 

 

*******************

 

 

Une autre grande interprète de cette chanson fut la grande chanteuse de rebetiko Sotiria Bellou / Σωτηρία Μπέλλου

 

 
 
*******************
 
 
Interprétée ( et un peu  "rockisée") par un artiste de la jeune génération, Giannis Kotsiras / Γιάννης Κότσιρας

 

 

lefkippi
*******************

 

Histoire du 1er mai, en Grèce, cf. sur ce blog :

Premier Mai / Πρωτομαγιά

 

M.R.

Partager cet article

Repost 0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 12:33

 

 Le poème Plainte / Παράπονο

 

se trouve dans le recueil Les "rô" de l'amour / Τα "ρω" του έρωτα publié en 1972.

 

La musique est de Dimitris Papadimitriou / Δημήτρης Παπαδημητρίου

 

Chant : Ελευθερία Αρβανιτάκη 

 

Sur ce recueil, cf article : Histoires de cigales ...

 

 

 

Video : syd2007
 

 

 

                                   Εδώ στου δρόμου τα μισά           Ici à la moitié du chemin
                                   -έφτασε η ώρα να το πω-           - voici pour moi le moment de le dire-
                                   άλλα είναι εκείνα που αγαπώ     ce sont d'autres choses que j'aime,
                                   γι' αλλού γι' αλλού ξεκίνησα.      c'est pour ailleurs que je me suis mis en route

                                   Στ' αληθινά στα ψεύτικα             Dans le vrai et dans le faux
                                   το λέω και τ' ομολογώ.               je le dis et je l'avoue.
                                   Σαν να 'μουν άλλος κι όχι εγώ     C'est comme si j'étais un autre et non moi
                                   μες στη ζωή πορεύτηκα.            que j'ai avancé dans la vie.

                                  Όσο κι αν κανείς προσέχει          On a beau faire attention
                                  όσο κι αν το κυνηγά,                  on a beau garder sa ligne
                                  πάντα πάντα θα 'ναι αργά          toujours, ce sera toujours trop tard
                                  δεύτερη ζωή δεν έχει.                 il n'y a pas de deuxième vie.

 

 

Toute proposition de meilleure traduction est la bienvenue !

M.R.

 

Partager cet article

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 09:52

 

Ce poème de Seferis se trouve dans le recueil Mythistorima  / Μυθιστόρισμα, écrit  à Londres en 1933.

Il a été mis en musique en 1973 par Yannis Markoupoulos avec d'autres poèmes de Seferis dont Stratis le marin parmi les agapanthes, lequel donne son titre au disque.

C'est le seul morceau qui soit dans son entier chanté par un choeur.

Chanteurs : Lakis Halkias /  Λάκης Χαλκιάς et Memi Spiratou / Μέμη Σπυράτου .

 

Yannis Markopoulos est un Crétois, et cela s'entend ! 

 

 

Video : alefas3  link

 

 

Ο τόπος μας είναι κλειστός, όλο βουνά                                          Notre pays est reclos, tout en montagnes

που έχουν σκεπή το χαμηλό ουρανό μέρα και νύχτα.                 Qui ont pout toit, jour et nuit, le ciel bas.
Δεν έχουμε ποτάμια, δεν έχουμε πηγάδια,                                      Nous n'avons pas de fleune, nous n'avons pas de puits,

           δεν έχουμε πηγές].                                                                                     nous n'avons pas de sources].
μονάχα λίγες στέρνες, άδειες κι αυτές, που ηχούν και που         Quelques citernes, vides aussi, qui résonnent et sont

           τις προσκυνούμε ].                                                                                    pour nous objets d'adoration].         
Ήχος στεκάμενος κούφιος, ίδιος με τη μοναξιά μας,                   Un son mort et vacant, semblable à notre solitude,
ίδιος με την αγάπη μας, ίδιος με τα σώματά μας.                         semblable à notre amour, semblable à nos corps.
Μας φαίνεται παράξενο που κάποτε μπορέσαμε                          Cela nous paraît étrange d'avoir pu autrefois

           να χτίσουμε ]                                                                                               construire]

τα σπίτια,τα καλύβια και τις στάνες μας.                                        nos maisons, nos cabanes et nos parcs à moutons.
Κι οι γάμοι μας, τα δροσερά στεφάνια και τα δάχτυλα,                Et nos mariages avec couronnes fraîches et bagues           
γίνουνται αινίγματα ανεξήγητα για την ψυχή μας.                          deviennent d'insolubles énigmes pour nos âmes.
Πώς γεννήθηκαν πώς δυναμώσανε τα παιδιά μας;                       Comment nos enfants ont-ils pu naître et grandir ?

Ο τόπος μας είναι κλειστός. Τον κλείνουν                                      Notre pays est reclos. Les deux noires

οι δυο μαύρες Συμπληγάδες. Στα λιμάνια                                     Symplégades l'enferment/ Dans les ports

την Κυριακή σαν κατεβούμε ν' ανασάνουμε,                                 le dimanche, quand nous descendons prendre l'air,
βλέπουμε να φωτίζουνται στο ηλιόγερμα                                       nous voyons scintiller dans le soleil couchant

σπασμένα ξύλα, από ταξίδια που δεν τέλειωσαν                           les épaves brisées des voyages qui n'ont jamais pris fin
σώματα που δεν ξέρουν πια πώς ν' αγαπήσουν.                          corps qui ne savent plus comment aimer.

 

Traduction : Jacques Lacarrière.

 

Autre interprésentation en solo :   link

M.R.

Partager cet article

Repost 0

Chouette lauréotique


                 
   
Γλαυξ λαυρεωτική
(Musée Archéologique d'Athènes)
    Tétradrachme Vème s. av J-C 
    Argent des mines du Laurion

Présentation / Παρουσίαση

         Notre Association (loi 1901, J.O. 17/12/2008) a pour projet de tisser des liens amicaux et durables entre ces deux villes situées aux deux extrêmes de l'Europe, au travers d'échanges les plus variés possible.

     Ce blog vise à donner de la publicité à nos activités, à faire connaître Lavrio, son passé, son présent, et à présenter quelques aspects de l'actualité - au sens le plus large du terme - et de la culture de la Grèce contemporaine et de la Grèce en général.


          Faites-nous part de vos commentaires, réactions et propositions : il suffit de cliquer sur "écrire un commentaire" ou d'adresser un courriel à l'adresse ci-dessous.

Recherche

COURS DE GREC

Afin de faciliter les futurs échanges, le Comité organise des cours de grec moderne.

Contact quimper_lavrio@yahoo.fr

 

Contact / Επικοινωνία