Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 21:06

Festival de cinéma de Douarnenez – du 19 au 27 août 2016 – Peuples de Turquie

www.festival-douarnenez.com

Au Club le samedi 20 août à 16h15 et le vendredi 26 août à 21h15

« En attendant les nuages », film turc réalisé par Yeşim Ustaoğlu en 2004. Le film est basé sur le roman « Tamama. The Missing Girl of Pontos » de George Andreadis.

« 1975, Turquie. Les employés du bureau de recensement arrivent dans la ville portuaire de Tirebolu. Cette irruption n'est pas sans créer quelque anxiété. Les questions sur le passé ne sont pas toujours anodines. Des plaies qui semblaient refermées sont encore à vif. C'est le cas pour Ayshe. Pendant cinquante ans, cette femme est restée muette à propos de sa véritable identité. En fait, elle est la fille d'une des familles grecques de la région de la mer Noire évacuées en 1916. Son véritable prénom était Eleni. Après la mort de sa mère et de sa sœur, elle a bravé toutes les tempêtes pour sauver sa vie et celle de son frère Niko. »

Télérama

Cet été en Bretagne, la Grèce au cinéma

A la MJC le mardi 23 août à 14h15 et le vendredi 26 août à 17h30

« Sinasos, histoires d’un village déplacé », documentaire franco-grec de 1997, réalisé par Timon Koulmasis et Iro Siafliaki.

Pendant des siècles, sur les deux rives de la mer Égée, les Turcs et les Grecs ont vécu ensemble, en dépit de leurs différences. En 1923, avec la guerre gréco-turque, cette cohabitation prend définitivement fin. Aujourd’hui, plutôt qu’une mémoire commune, c’est un état de guerre latent qui prédomine. Le film reconstitue, à travers l’histoire du village Sinasnos et grâce aux témoignages de ses habitants, la vie quotidienne de ces deux peuples.

 « Il n'est pas facile de filmer la mémoire des peuples (d'un homme, d'une femme, d'un village) et ce qu'elle devient - la propagande - quand ces peuples vivent en un état de guerre permanent. C'est pourtant ce mouvement de transmission (d'amours et de haines, d'amour vers la haine) dans la conscience collective, d'une génération à l'autre, que nous avons voulu saisir avec notre caméra, en Grèce et Turquie. Saisir également, à travers les témoignages, le silence qui n'est pas (encore) oubli. Essayer d'y trouver, par la pensée et la poésie, le chemin toujours enseveli vers l'Autre. SINASOS, pour nous, c'est cette tentative-là. »

Note des réalisateurs

Cet été en Bretagne, la Grèce au cinéma
Cet été en Bretagne, la Grèce au cinéma

Dans le cadre du cinéma jeune public sera proposé Karagöz, un spectacle de théâtre d'ombres, né de l'ère Ottomane. Karagöz signifie « l'oeil noir » en turc (chez les grecs Karaghiósis - en grec : Καραγκιόζης) : « Il faudrait être un âne » d’Abdal Hayali.

A la MJC le samedi 27 août à 17h

 « Le théâtre d’ombres est une expression populaire originale et un chapitre précieux de la tradition culturelle, d’où sont nés des personnages inspirés de personnes ayant joué les premiers rôles dans la société (…)»*. Entre la marionnette et Guignol, il est un élément de satire sociale ou politique.                                                                                                       *Georges I. Hassanakos

Festival international du film insulaire à Groix (FIFIG) du 18 au 22 août 2016 – A la croisée des îles scandinaves

www.filminsulaire.com

A Port Lay 1 le vendredi 19 août à 16h et au Cinéma des familles le samedi 20 août à 10h

Film documentaire en compétition : «L'île aux enfants de l'exode » (2015) de Sarah Lebas et Cyril Thomas (Ile grecque de Lesbos) – Mention spéciale du jury (catégorie + de 40 min), au Festival du Film International du Grand Reportage d’Actualité (FIGRA) 2016.

« Ils s’appellent Mary, Oussama, Ayman ou Jumana. Ils ont entre 5 ans et 15 ans, ils arrivent de Syrie, fuyant la guerre et l’insécurité, espérant avec leurs parents trouver un avenir meilleur en Europe. Échoués sur l’île grecque de Lesbos, ce sas entre deux vies, ces enfants nous racontent le calvaire des migrants, l’horreur de la guerre, leur rêve d’une vie plus douce. Des mots d’enfants, crus, émouvants, souvent drôles, parfois terribles, toujours désarçonnants de sincérité. Alors que la crise des réfugiés effraye l'Europe, la parole de ces enfants de l'exode vient bousculer nos consciences... »

Cet été en Bretagne, la Grèce au cinéma

Partager cet article

Repost 0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 17:25

Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix (Fifig) - du 20 au 24 août 2014


Cette année, les Iles Grecques étaient à l'honneur. N'appelle-t-on pas Groix l’île aux "Greks*" ? Trois membres du CA (Françoise, Madeleine, Yvette) ont eu la chance de pouvoir être à Groix pour cette 14ème édition du Fifig. Au programme : des films grecs, des documentaires et des courts métrages sur la Grèce, des tables rondes, une conférence sur Kazantzakis, de la musique (Ross Daly, Elisa Vellia et les Nefeles)... mais aussi des ateliers création pour enfants avec le peintre Ulysse Ketselidis.

Au total, 97 invités dont : Manolis Kritsotakis et Sybille Meder cinéastes, Theodoris, protagoniste du documentaire "Little Island", Georges Stassinakis, fondateur de la Société des Amis de Nikos Katzantzaki.

La vingtaine de projections proposées nous a montré le peuple grec face à la crise, l'immigration sur les îles, mais aussi la richesse de la culture grecque au travers du regard d'artistes et le rapprochement entre turcs et grecs des îles la mer Egée, etc…. Des rencontres passionnantes et passionnées sous le soleil de Groix !

Un jury "jeunes" composé de collégiens de Belle-Ile et de Groix pour les courts métrages et un jury "adultes" (dont Stélios Kypraios, traducteur et sous-titreur en grec moderne, également organisateur de festivals) ont décerné des prix à trois films/documentaires grecs :

- Coup de coeur : "Evaporating Borders" d'Iva Radivojevic sur la vie des demandeurs d'asile sur l'Ile de Chypre

- Mention spéciale du Jury : "Comme des lions de pierre" d'Olivier Zuchuat sur les camps de rééducation pendant la dictature des colonels, sur l'îlot de Makronissos (en face de Lavrio !)

- Documentaire : "Little Palace of Aoria" de Vassilis Panagiotakopoulos retenu par les collégiens de Belle-Ile et de Groix, qui raconte l'histoire de crétois qui décident de redonner vie à un village abandonné.

Découvrez tous les films et documentaires proposés pendant ce festival sur le site du Fifig : www.filminsulaire.com

*Le mot "Grek" est le nom (dans la langue groisillonne) de la cafetière que les marins emportaient sur leurs thoniers.
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix
Les films grecs à l'honneur au Festival International du film insulaire de l'Ile de Groix

Partager cet article

Repost 0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 16:49

  

Organisé par l'Association Hellénique de Bretagne

au Ciné TNB

 

"Cette 9ème édition des Grecs et leur cinéma  est dédiée à la mémoire de Jean Monnerais,

cofondateur et coorganisateur de cette manifestation, qui nous a quittés à l’automne.

Elle présente trois films complètement différents

qui témoignent de la diversité du renouveau du cinéma grec. " Dimitris Carpouzis

 

2014 02 27 cinegrec 1

J.A.C.E (2011, 150 min) – Réalisateur Ménélaos Karamaghiolis

2014_02_27_cinegrec_2_jace

 

   J.A.C.E. est un enfant albano-grec. Son prénom vient du nom d’un syndrome d’éthologie. Il commence sa vie confronté à la mort de ses parents et grandit en subissant une odyssée cruelle. Le monde impitoyable qui l’entoure rend encore plus absurde ce mode de vie, qui évolue de manière imprévisible.

 

   Ménélaos Karamaghiolis présente, en maintenant un rythme effréné, qui tient le spectateur en haleine, le parcours poignant d’un Oliver Twist de notre époque et s’interroge sur le sens de l’existence humaine. Avec plusieurs distinctions déjà à son actif, dont cinq nominations au festival de Tokyo de 2011, le prix d’interprétation féminine pour Stéfania Goulioti au festival de Thessalonique de 2011 et le prix spécial du jury au festival international de Bucarest de 2012, J.A.C.E. devient un film de référence du cinéma grec.

  

Après la projection, rencontre avec le réalisateur.

 

LE TANGO DE NOËL (2011, 102 min) – Réalisateur Nikos Koutelidakis

2014_02_27_cinegrec_3_tango

 

 

 

   En 1970, pendant la dictature, dans une caserne proche de la frontière gréco-turque au N.E de la Grèce, les militaires s’activent pour préparer la fête de Noël. Un lieutenant oblige un appelé à lui apprendre à danser le tango, afin d’inviter à danser l’épouse du lieutenant-colonel dont il est secrètement amoureux.

   

Inspiré du roman homonyme de Yannis Xanthoulis, le film a connu un immense succès auprès du public grec. Cette psychographie soignée reflète de manière convaincante les espoirs et les frustrations des principaux personnages. Interprétations remarquables, romantisme juste et musique suggestive s’allient pour émouvoir le spectateur en même temps que pour répondre à ses attentes esthétiques.

  

Après la projection, traditionnelle soirée « mezzés ».

 

METEORA (2012, 82 min) – Réalisateur Spiros Stathoulopoulos

2014_02_27_cinegrec_4_meteora

 

 

   Au coeur de la Grèce, les monastères de Météora trônent sur des colonnes de grès, comme suspendus entre ciel et terre. Le jeune moine Théodoros et la nonne Urania ont voué leur existence à Dieu mais une attirance grandissante les pousse l’un vers l’autre. Déchirés entre dévotion spirituelle et désir charnel, ils sont contraints à un choix terrible.

 

  En compétition officielle au festival de Berlin en 2012, le film présente une approche extrêmement esthétique et originale d’un sujet classique. Le recours partiel à l’animation permet, en passant par le symbole, le traitement d’un univers et d’une situation face auxquels une solution satisfaisante et
définitive restera toujours…en suspens.

 

Association Hellénique de Bretagne

Partager cet article

Repost 0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 21:51

 

 

alps flyer 1p  

 

 

Partager cet article

Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:54

 

La musique du film de Grammatikos, de même que les paroles de la chanson sont  de :

Thanassis Papakonstantinou / Θανάσης Παπακωνσταντίνου.

C'était leur première collaboration.

 

Dans la video ci-dessous, la chanson accompagne la bande-annonce du film : images de quelques scènes avec la pendule, la partie d'échecs, la sortie de prison, la tentation d'Athènes, le voyage en bus et l'arrivée dans la maison paternelle. Dans le film,  elle accompagne le générique de fin.

 

 

 

Video   

 

                                                                  Έλα λευκό μου σύννεφο και γίνε προσκεφάλι
                                                                  για το παιδί το χνούδαλο που ο ύπνος το 'χει πάρει.

                                                                  Viens, petit nuage blanc et fais-toi oreiller

                                                                  pour le tendre enfant qui vient de s'endormir

                                                                 Να κοιμηθεί σα βασιλιάς και πριν καλοξυπνήσει
                                                                 μέσα απ' τα βάτα της σιωπής στο όνειρο να βαδίσει.

                                                                 Qu'il dorme comme un roi et qu'avant de s'éveiller,

                                                                 à travers les chemins du silence il chemine dans son rêve

                                                                 Να είναι τ' όνειρο καλό - απατηλό ας είναι -
                                                                 κι ύστερα γύρισε ψηλά κι αν θες βροχούλα γίνε

                                                                 Que son rêve soit beau, - même s'il est mensonger - 

                                                                 et toi, ensuite retourne là-haut  et si tu veux, deviens petite pluie !

 

  Traduction M.R : faites-moi part de vos propositions !

 ·

Partager cet article

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 12:25

 

La soirée est dédiée à Theo Angelopoulos

 

Cinéma du Chapeau-Rouge

 

En partenariat avec l'Association Gros Plan et l' Association Hellénique de Bretagne,

 

nous avons le grand plaisir de proposer deux films(v.o. sous-titrés en français)

 

à

20h

 

O Vassilias / Ο Βασιλιάς (Le roi) de Nikos Grammatikos (2002)

 

  Après avoir purgé sa peine, pour trafic et usage de drogues, Vangelis  décide, à sa sortie de prison, de quitter Athènes et ses "tentations" et de repartir à zéro : il part s'installer dans un petit village du Péloponnèse là où se trouve la maison paternelle, une ruine qu'il arrive à rebâtir. Les habitants regardent cet "étranger" avec beaucoup de circonspection. La seule personne qui lui manifeste de la sympathie, c'est le policier du coin, avec lequel il joue aux échecs (d'où le titre). La méfiance des villageois devient hostilité manifeste. L'arrivée inopinée de Maria, la "femme de sa vie", n'arrange rien...

  

Vangelis : Vangelis Mourikis / Βαγγέλης Μουρίκης

Maria : Marilitsa Lambropoulou / Μαριλίτσα Λαμπροπούλου

Le policier : Minas Hatzissavas / Μήνας Χατζησάββας

Musique : Thanassis Papakonstantinou / Θανάσης Παπακωνσταντίνου

 

 

***************

 

                  20h                                                                                      22h30 

   Cinéma O Vasilias                            Cinéma diorthosi

 

 

***************

 

 à

22h30

 

diorthosi / διόρθωση*(réparation) de Thanos Anastοpoulos (2008)

*sans majuscule, selon la volonté du réalisateur

 

 

  Le personnage principal de ce film sort lui aussi de Korydallos, la prison d'Athènes : il avait été condamné à quatre ans de prison pour avoir tué un Albanais à l'issue d'un match de football Albanie-Grèce houleux... Quelques jours après sa sortie, le voici envahi par les souvenirs. Obsédé, torturé par l'image du crime, il erre dans Athènes, ne songeant plus qu'à "réparer" ce crime, en retrouvant la femme et l'enfant de cet homme. Ce film est une descente dans les bas-fonds d'Athènes, dans les quartiers des laissés pour compte, des chômeurs, des immigrés et autres déshérités, dans une Athènes que l'on voit peu au cinéma. Une quête de soi aussi. Film rare, à la parole rare...  

 

L'homme : Giorgos Simeonidis / Γιώργος Συμεωνίδης

La femme : Ornella Kapetani / Ορνέλα Καπετάνι

La petite fille : Sabina Alimani / Σαβίνα Αλιμάνι

 

***************

Un petit rafraîchissement entre les deux films sera offert par le Comité. 

M.R.

Partager cet article

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 13:49

  

 Depuis quelques années le cinéma grec se fait remarquer à l'étranger :

 

jeunes réalisateurs, scénarios originaux, excellents acteurs.*

 

 

A la Mostra de Venise 2011, Giorgos Lanthimos / Γιώργος Λάνθιμος a obtenu le Prix du Meilleur scénario pour son nouveau film Άλπεις / Alpes.

 

Le réalisateur de Canine ne déroge pas : le sujet de son nouveau film est aussi étrange et intrigant que l'était celui du précédent !

Une jeune infirmière de nuit, un ambulancier, une gymnaste et son entraîneur ont fondé une petite entreprise qui s'appelle les Alpes : ils proposent aux personnes qui ont perdu un proche ou un ami de le remplacer dans les relations de la vie quotidienne. Contre rémunération, bien entendu ! Les membres du groupe sont tenus de se conformer à un certain nombre de règles fixées par le "chef", l'ambulancier lequel se fait appeler "Mont Blanc". La jeune infirmière en vient à s'en éloigner.

 

  

Giorgos_Lanthimos_-_Euthumis_Filippou_Brabeio_Senariou_gia_.jpg

 

*********************** 

 

Au Festival de San Sebastian 2011, Philippos Tsitos / Φίλιππος Τσίτος a remporté le Prix de la mise en scène΄pour son film  Άδικος κόσμος / Un monde injuste, et l'acteur Antonis Kafetzopoulos / Αντώνης Καφετζόπουλος (ci-dessous à droite sur la photo ) le Prix du Meilleur Rôle masculin.

 

Le policier-enquêteur Sotiris est obsédé par la justice, tout au moins ce qu'il considère comme étant juste : il refuse de juger les hommes selon la, les jugeant selon ses principes moraux personnels. Ce film nous montrer les petits héros de la vie ordinaire, leurs erreurs, leurs efforts, leurs efforts pour subsister et s'en sortir : oui, il se peut que le monde soit injuste, mais la justice existe-t-elle ?

 

1316182219.jpg

 

  Dans ce film, on retrouve comme acteur principal Antonis Kafetzopoulos qui jouait aussi le personnage principal de l'oeuvre précédente de Tsitos : L'académie de Platon / Ακαδημίας Πλάτωνος (2009)qui est un chef d'oeuvre d'humour (vache)et de tendresse, mais qui, malheureusement, n'a pas été distribué en France...

 

***********************  

 

 Sur les écrans parisiens en ce moment :

 

Attenberg d' Athina Rachel Tsangari / Αθηνά-Ραχήλ Τσαγγάρη

 Marina, 23 ans, vit avec son père dans une ville industrielle de la côte. Gardant ses distances avec les êtres humains qu'elle juge bien trop étranges, elle préfère écouter les chansons de Suicide, regarder les documentaires animaliers de Sir David Attenborough et prendre des cours d'éducation sexuelle auprès de sa seule amie Bella. Un inconnu vient lui lancer un défi au babyfoot, tandis que son père, malade,  prépare un rituel pour son "départ" du XXe siècle qu'il juge "surestimé". 

 

*********************** 

 

*Cf, sur ce blog, les articles suivants :
M.R.

Partager cet article

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 14:19

 

Le "père" de Stella et d'Alexis Zorba est mort lundi 25 juillet à Athènes.

 

"Un vrai grand Grec est mort, qui a enrichi l'art grec et le peuple grec

par d'immortelles œuvres spirituelles".

Mikis Theodorakis

 

Cacoportrait1.jpg

 

 

 

Les obsèques ont eu lieu le 28 juillet : étaient présents pour le dernier adieu un très grand nombre d'artistes, dont Mikis Theodorakis, profondément ému par la disparition de son ami.

  

Si l'oeuvre cinématographique de Cacoyannis est immense, son activité pour l'éducation au théâtre et au cinéma l'est tout autant. En 2003, il avait créé sa fondation laquelle était devenue en 2009 un Centre Culturel, ce dont il était très fier.

  

Cf, sur ce blog :

Avant la STRELLA de Koutras, la STELLA de Cacoyannis, la "Carmen grecque" ...

PS / ΥΓ pour Stella de Cacoyannis

 

                                                                    

***************************

La video ci-dessous rappelle ses grandes créations au cinéma de son premier film Réveil dominical / Κυριάτικο ξύπνημα 1957 au dernier La cerisaie / Ο βυσσινόκηπος 1999 et ses mises en scène de théâtre et d'opéra. Elle a été réalisée par les Editions Psychogios pour la sortie de sa biographie écrite par Christos Siafkos.

 

 

 

                                                                                                         Video Psychogiosbooks 

 

***************************

 

Cacoyannis était né à Chypre : il l'avait quittée à l'âge de 18 ans pour faire des études d'acteur en Angleterre, puis avait choisi, plus part, de s'installer en Grèce.

L'agression et l'occupation de Chypre par l'armée turque de juillet 1974 le bouleversent  et en septembre, il part y tourner un documentaire sur cette attaque et ses sonséquences sur la population chypriote grecque (82% de la population).

Jusque ses derniers jours,Chypre sera restée pour le cinéaste une "plaie ouverte" ...

 

 

Ci-dessous, le début de ce documentaire Attila 74.

 

 

                                     Video piazzapopolo

M.R.

Partager cet article

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:25

 

En collaboration avec Gros Plan

 

projection au Chapeau Rouge le jeudi 21 avril à 20h30 du film de

 

Lefteris Xanthopoulos / Λευτέρης Ξανθόπουλος

 

Le montreur d'ombres (1991)

 

(Titre grec Ο δραπέτης / O drapetis / le fugitif)

 

 

Xanthopoulos

 

 

Musique originale : Nikos Kypourgos

Interprète des chansons : Michaelis Ganas

Dans le rôle d’Antonis Barkas : Kostas Kazakos

 

Grèce 1951. Dans un café de province, Antonis Barkas et ses aides tendent la toile blanche sur laquelle les lampes à acétylène vont projeter les figurines de carton du Karaghiozis (le théâtre d'ombres grec). Il ne se rend que trop bien compte de la désaffection progressive du public pour cette forme de spectacle qui, pendant un siècle, avait été un de ses divertissements préférés et qui, désormais, est concurrencée par la nouvelle toile dans les grandes villes comme dans les coins les plus reculés de la province.

Néanmoins, il ne peut se faire à l’idée de la disparition de son art. Dans ses efforts pour fixer le temps qui va plus vite que lui et que ses figurines articulées, Antonis Barkas affronte violemment son entourage : sa famille, son jeune apprenti, déchiré entre le Nouveau et l’Ancien, le chanteur qui l’accompagne dans ses tournées ...

 

 

 Ci-dessous, les 3 premières minutes du film 

 

 

 

Video: theatroskion1 http://www.youtube.com/watch?v=Kb0UgJGSsro

 

 

Petite notice biographique du réalisateur

 . 

Poète et réalisateur, Lefteris Xanthopoulos est né à Athènes en 1945. Après des études de droit à l'Université d'Athènes et de cinéma à la London Film School, il travaille comme critique de cinéma de 1979 à 1982. Il est ûrtout connu pour ses documentaires et courts métrages, notamment pour sa trilogie dont 2 volets sont consacrés à l'émigration grecqueen Allemagne :  La Communauté grecque d'Heidelberg (1976), Yorgos de Sotirianika (1978), et le troisième à l'émigration intérieure : A Athènes aujourd'hui (1982). En 1983, il signe un autre court métrage A Colone et en 1984 le téléfilm Les Noces. Son premier long métrage Bon retour au pays, camarade, date de 1985. Il signe en 1991 Le Montreur d'ombres. Viennent ensuite encore d'autres documentaires, mais aussi et surtout des recueils de poèmes. Il enseigne également dans des écoles d'Art Dramatique. 

   

 

A suivre (dès que possible...) un article sur le théâtre d'ombres grec.

M.R.

 

Partager cet article

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 00:00

 

 

26 novembre 2010, Quimper,

 

Grande Salle de l'Espace Associatif,

 

à 20h

 

Projection privée   

Jamais le dimanche / Ποτέ την Κυριακή

de Jules Dassin (1959).

 

 (Pour tout renseignement,contactez-nous) 

  

Jules Dassin (1911 - 2008) et Melina Mercouri (1920 - 1994)

se sont rencontrés pour la 1ère fois au Festival de Cannes 1955.

ll y présentait Du rififi chez les hommes pour lequel il obtint le Prix du meilleur réalisateur

et

Melina Mercouri  y reçut le Prix d'interprétation féminine

pour le rôle de Stella dans le film de Cacoyiannis Stella.*

 

Victime du macchartysme, Jules Dassin avait quitté les Etats-Unis en 1949.

Il s'installa d'abord à Londres puis à Paris.

 C'est à cette époque qu'eut lieu son autre grande "rencontre grecque"  :

les romans de Kazantzakis et l'homme Kazantzakis (1883 - 1957).

 

En 1956, il tourna en Grèce Celui qui doit mourir,

une adaptation du roman de Kazantzakis,  Le Christ recrucifié.

 

Peu après il partit définitivement en Grèce.

 

En 1959, sur un scénario écrit par lui-même, à mille lieues du film précédent,

tragédie ancrée dans la douloureuse histoire de la Grèce d'Asie Mineure,

il réalisa Jamais le dimanche, une comédie qui fut un très grand succès grec et international.

Melina Mercouri reçut le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 1960.

Et le compositeur Manos Hadzidakis fut également récompensé.

 

37483.jpg

 

L'action se déroule au Pirée, le Pirée populaire et remuant des ouvriers du port, des marins, des pêcheurs,

(très masculin, donc !)

le Pirée où accostent les grands transatlantiques de l'époque avec leurs équipages en quête de femmes

et les étrangers en quête de couleur locale et d'antiquités !

.

La belle Ilia (Melina Mercouri) vit de ses charmes,

"traînant tous les coeurs" (et surtout les corps) après soi ...

Personne n'y trouve rien à redire ...  

Elle est jeune, belle, lumineuse, insouciante,

"crevant l'écran" , et totalement libre !  Seul compte le moment présent.

.

page251 1 

 

Une règle néanmoins : "Jamais le dimanche" ! Ce jour est consacré à la bande d'amis

 

Homer (Jules Dassin) est un touriste américain : son prénom est à lui tout seul un programme ...

En effet, c'est un passionné de l'Antiquité, habité par les grands auteurs et leurs oeuvres.

 

Consterné de ne pas trouver dans le présent le passé glorieux des anciens Grecs,

consterné par la vie, à ses yeux, immorale que mène  Ilia

qu'il a rencontrée le premier soir de son arrivée au Pirée,

persuadé qu'elle est victime des hommes et de son ignorance,

le voilà décidé à la "sauver" , à l'arracher à ce qui, pour lui, est inculture et débauche et,

nouveau Pygmalion,

 à en faire une autre femme, la femme de ses rêves antiques.

 

Ilia, amusée par cet energumène, accepte de changer de vie ... Mais jusqu'où ?

 

*********

   

Melina Mercouri y chante les "fameux" Enfants du Pirée

 

                                     Video manopoulos link

 

    Aπ’ το παράθυρό μου στέλνω                                 De ma fenêtre, j’envoie

    ένα δύο και τρία και τέσσερα φιλιά                         un et deux et trois et quatre baisers

    που φτάνουν στο λιμάνι                                         qui se posent dans le port

    ένα και δύο και τρία και τέσσερα πουλιά                un et deux et trois et quatre oiseaux

 

    Πώς ήθελα να είχα ένα και δύο                                Comme je voudrais avoir un et deux,

    και τρία και τέσσερα παιδιά                                    et trois et quatre enfants,

    που σαν θα μεγαλώσουν όλα                                 une fois devenus grands                                      

    θα γίνουν λεβέντες για χάρη του Πειραιά                  ce serait de beaux gars, la fierté du Pirée

 

    Όσο κι αν ψάξω, δεν βρίσκω άλλο λιμάνι                 J’ai beau chercher,je ne trouve pas un autre port

    τρελή να με χει κάνει, όσο τον Πειραιά                     qui me tourneboule autant que le Pirée

    που όταν βραδιάζει, τραγούδια μ αραδιάζει            où, à la tombée du soir, ce ne sont que chansons

    και τις πενιές του αλλάζει, γεμίζει από παιδιά            que musiques et cris d’enfants

 

    Aπό την πόρτα μου σαν βγω                                    Dès que j’ai passé ma porte,

    δεν υπάρχει κανείς που να μην τον αγαπώ              il n'est personne que je naime,

    και σαν το βράδυ κοιμηθώ, ξέρω πως                      et quand le soir je m’endors, je sais que 

    ξέρω πως, πως θα τον ονειρευτώ                            oui, je sais que j'en rêverai.

 

    Πετράδια βάζω στο λαιμό, και μια χά-                      J’ai un collier qui brille et une per-

    και μια χά-, και μια χάντρα φυλακτό                        et une per- et une perle porte-bonheur

    γιατί τα βράδια καρτερώ, στο λιμάνι σαν βγω          car le soir j’espère, quand je descends au port

    κάποιον άγνωστο να βρω                                       rencontrer quelque bel inconnu

 

    Όσο κι αν ψάξω ...                                                  J'ai beau chercher ...        

 

  (Traduction M.R. : toute proposition de meilleure traduction est la bienvenue !)

 

* Sur Stella, cf article Avant la STRELLA de Koutras, la STELLA de Cacoyannis, la "Carmen grecque" ...

 

M.R.

 

Partager cet article

Repost 0

Chouette lauréotique


                 
   
Γλαυξ λαυρεωτική
(Musée Archéologique d'Athènes)
    Tétradrachme Vème s. av J-C 
    Argent des mines du Laurion

Présentation / Παρουσίαση

         Notre Association (loi 1901, J.O. 17/12/2008) a pour projet de tisser des liens amicaux et durables entre ces deux villes situées aux deux extrêmes de l'Europe, au travers d'échanges les plus variés possible.

     Ce blog vise à donner de la publicité à nos activités, à faire connaître Lavrio, son passé, son présent, et à présenter quelques aspects de l'actualité - au sens le plus large du terme - et de la culture de la Grèce contemporaine et de la Grèce en général.


          Faites-nous part de vos commentaires, réactions et propositions : il suffit de cliquer sur "écrire un commentaire" ou d'adresser un courriel à l'adresse ci-dessous.

Recherche

COURS DE GREC

Afin de faciliter les futurs échanges, le Comité organise des cours de grec moderne.

Contact quimper_lavrio@yahoo.fr

 

Contact / Επικοινωνία