Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 21:43

Paru le 20/10/14 dans Nice matin (URL source: http://www.nicematin.com/antibes/a-antibes-la-villa-de-zorba-le-grec-mise-en-vente.1951180.html)

Le député-maire d'Héraklion, ville de naissance de Kazantzákis, fera partie de la délégation qui va visiter la maison. Celle-ci pourrait devenir un musée.Eric Sennegon

La nouvelle a enflammé la presse hellène au point que le gouvernement grec et la fondation Kazantzákis ont été sollicités afin que la demeure du célèbre écrivain devienne un musée.

La petite villa antiboise de Níkos Kazantzákis, l'auteur du livre Alexis Zorbás (paru en 1946) dont Michael Cacoyannis s'est inspiré pour réaliser le film Zorba le Grec (1), est à la vente.

Située au numéro 8 de la rue du Bas-Castelet, surplombant la place du Safranier, cette petite maison de deux étages de 23 m2 chacun, est estimée à 540 000 euros. La décision des propriétaires actuels de se séparer de leur bien, suscite un vent de polémique en... Grèce.

La presse hellène s'en fait largement l'écho. Surtout depuis que dans les colonnes du Greek Reporter,le député-maire d'Heraklion, ville de Crète dont est originaire Níkos Kazantzákis, s'est ému de la situation.

« Quand nous avons su que la maison antiboise de Níkos Kazantzákis était à vendre, nous avons contacté notre ministre de la Culture mais aussi tous ceux qui admirent l'écrivain à travers le monde, afin de trouver les moyens de ne pas perdre cette maison. Nous voulons que la Grèce conserve ce patrimoine, à Antibes, pour y faire un musée, par exemple. »

Le monde en émoi

L'agence immobilière Carole Eliane qui a l'exclusivité de la vente, est étonnée par l'ampleur de la réaction... mais surtout par le temps qu'elle a mis à prendre forme. « Depuis quelques jours, le monde entier parle de cette affaire, alors que cette maison est en vente depuis plusieurs années. Quoi qu'il en soit, l'actuel propriétaire a accepté de la retirer du marché, le temps que la Fondation Kazantzákis et le gouvernement grec trouvent une solution. La ville d'Antibes a été contactée aussi. D'ailleurs, une délégation grecque est attendue ici en novembre pour rencontrer Jean Leonetti. Les Grecs visiteront la maison où ils envisagent d'installer un musée. Mais c'est vraiment très petit, vous savez ».

Si l'on se met dans les pas antibois de Níkos Kazantzákis, c'est bien vers la commune libre du Safranier qu'il faut se diriger. Outre la maison, il y a, là, une placette qui porte le nom de l'écrivain grec, né en 1883. Un banc situé en bas de sa maison porte également son nom. C'est là qu'il aurait écrit ses derniers romans et essais qui ont suivi Alexis Zorbás.

Mais cette demeure du Bas-Castelet n'aura pas été sa seule résidence antiboise. Kazantzákis a également résidé, de juin 1948 à avril 1949, dans la villa Rose,6 boulevard du Cap. Puis d'avril 1949 à juin 1954, il a vécu à la villa Manolita au parc Saramartel de Juan. Ce n'est que le 22 avril 1954 qu'il s'est installé au Safranier. Il y passera de longs séjours jusqu'à sa mort, le 26 octobre 1957, à Fribourg-en-Brisgau.

1. Le film est sorti en 1964 avec Anthony Quinn dans le rôle-titre.

A Antibes, la villa de "Zorba le Grec" mise en vente

Partager cet article

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 21:20

 

Les Editions Laffont viennent de publier (17.01.2013) dans la collection Bouquins

un ouvrage consacré à Jacques Lacarrière (1925 - 2005)

où se trouvent rassemblés ses textes essentiels :

En cheminant avec Hérodote, Promenades dans la Grèce Antique et L'Été grec,

et un nombre important d'articles peu connus sur des îles grandes ou petites

comme la Crète, Patmos, Hydra et tant d'autres...

  

Lacarrière 

 

    "Je voyage pour désapprendre bien plus que pour apprendre, je voyage pour devenir l’étranger de moi-même, je voyage non pour déflorer l’horizon, mais redonner virginité à mon blason. Je ne saurais pour autant oublier mon identité, oublier ce qui, contre vents et marées, contre errance et altérité, maintient la cohérence du mental et de la mémoire. Mais je n’ai garde d’oublier en chemin les compagnons qui m’ont précédé dans les pays du soleil et du sang. J’emmène avec moi les morts autant que les vivants car, voyager, c’est se déplacer aussi dans le temps. Alors, qu’importe l’espace transparent des siècles !"

M.R. 

Partager cet article

Repost 0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 13:59

 

La Fête Nationale du 25 mars

commémore le début de la Guerre d'Indépendance contre les Turcs Ottomans.

Les Grecs l'appellent Révolution Nationale / Εθνική Επανάσταση.

(Le 25 mars est aussi le jour de l'Annonciation* )

 

    Cette fête Nationale revêt une importance primordiale, en ces temps où le peuple grec se sent  profondément humilié, pris en otage, dépossédé de ses droits démocratiques, et se demande avec angoisse et désespoir s'il a encore un avenir...

 

    La fête Nationale du 28 octobre 2011 avait été marquée par de nombreux incidents : le Président de la République Karolos Papoulias qui la célébrait à Thessalonique, avait quitté la tribune officielle en pleurs, après avoir été conspué... Les pouvoirs publics redoutent donc le dimanche 25 mars.

 

    Traditionnellement, lors de ces fêtes, les écoliers et lycéens défilent dans toutes les villes et tous les villages de Grèce.  Le nouveau Ministre de l'Education Nationale Giorgos Babiniotis a lancé un appel solennel : perturber les manifestations officielles serait outrager les Héros de 1821. Mais beaucoup disent que ce sont les politiques qui les outragent, eux qui "ont vendu" la Grèce à la Troïka... 

 

 

**********************

 

 

 

  Antiquites-0347.JPG

                                                                                                                            Photo : Γιάννης Ιακωβίδης 

 

En contrebas du temple de Poséidon, les buissons d' "aspalathi",  sortes d'ajoncs ou de genêts épineux.

 

Le cap Sounio se trouve sur le terrotoire de la Lauréotique. 

 

  

**********************

 

 

                                                                                    «  SUR LES GENETS « 

 

                                                       Il était beau le Sounion ce jour-là, jour de l’Annonciation,

                                                       avec le retour du printemps.

                                                       De rares feuilles vertes sur les pierres couleur de rouille,

                                                                                                                                            terre rouge et genêts

                                                       montrant, toutes prêtes, leurs grandes aiguilles

                                                       et leurs fleurs jaunes.

                                                       Au loin les antiques colonnes, cordes d’une harpe résonnant encore...

 

                                                       Sérénité.

                                                       - Qu’est-ce qui peut bien me faire penser au vieil Ardée ?

                                                       Un mot dans Platon, je crois, égaré dans les sillons de la mémoire ;

                                                  le nom du buisson jaune

                                                        n’a pas changé depuis ce temps.

                                                        Le soir j’ai retrouvé le passage :

                                                        « on le lia mains et pieds » nous dit-il

                                                        « on le jeta à terre, on l’écorcha

                                                        on le tira de côté, on le carda

                                                        sur les genêts épineux,

                                                        et on l’emmena, pour le précipiter dans le Tartare, en lambeaux. »

 

                                                        Ainsi dans le monde d’en-bas il paya ses crimes

                                                        le Pamphilien Ardée , le misérable Tyran.

 

                                                                                                31 mars 1971.

 

.

                                                    « ΕΠΙ ΑΣΠΑΛΑΘΩΝ »

 

                                                        Ήταν ωραίο το Σούνιο τη μέρα εκείνη του Ευαγγελισμού

                                                         πάλι με την άνοιξη.

                                                         Λίγοστα πράσινα φύλλα γύρω στις σκουριασμένες πέτρες

                                                         το κόκκινο χώμα κι ασπάλαθοι

                                                         δείχνοντας έτοιμα τα μεγάλα τους βελόνια

                                                         και τους κίτρινους ανθούς.

                                                         Απόμερα οι αρχαίες κολόνες, χορδές μιας άρπας αντηχούν ακόμη...

 

                                                         Γαλήνη.

                                                         - Τι μπορεί να μου θύμισε τον Αρδιαίο εκείνον ;

                                                         Μια λέξη στον Πλάτωνα θαρρώ, χαμένη στου μυαλού  τ’αυλάκια·

                                                         τ’όνομα του κίτρινου θάμνου

                                                         δεν άλλαξε από εκείνους τους καιρούς.

                                                         Το βράδυ βρήκα την περικοπή·

                                                          «τον έδεσαν χειροπόδαρα» μας λέει

                                                          «τον έριξαν χάμω και τον έγδαραν

                                                          τον έσυραν παράμερα, τον καταέσκισαν

                                                          απάνω στους αγκαθερούς ασπαλάθους

                                                          και πήγαν και τον πάταξαν στον Τάρταρον, κουρέλι.»

 

                                                          Έτσι στον κάτω κόσμο πλέρωσε τα κρίματά του

                                                           ο Παμφύλιος Αρδιαίος ο πανάθλιος Τύραννος.

 

                                   31 του Μάρτη 1971.

  

 

**********************

 

Georges Seferis / Γιώργος Σεφέρης  est né à Smyrne en 1900, et il meurt à Athènes le 20 septembre 1971. 

Avril 1967 – juillet 1974 : dictature des Colonels.

 

Ce poème, le dernier, a été écrit à la suite d’une promenade que fit Seferis au cap Sounion – la dernière – ,

en compagnie d’Anne Philippe, la veuve de Gérard Philippe.

27 août 1971 : la traduction de ce poème est publiée dans Le Monde.

Les funérailles de Seferis furent l’occasion d’une grande manifestation antifasciste à Athènes.

23 septembre : publié pour la 1ère fois dans deux quotidiens d’Athènes.

 

Platon, République, Livre X, 615d Le Mythe d’Er le Pamphilien : le passage qui revient à la mémoire de Seferis est le suivant : 

"συμποδίσαντες χεῑράς τε καὶ πόδας καὶ κεφαλήν, καταβαλόντες καὶ ἐκδείραντες,

 εἵλκον παρὰ τὴν ὁδὸν ἐκτὸς ἑπἀσπαλάθων κνάπτοντες".

 

*Sur le 25 mars, cf sur ce blog, respectivement écrits en 2010 et 2011 : :

25 mars : Fête Nationale / Εθνική Γιορτή

25 mars : Fête Nationale / Εθνική Γιορτή

 

*******************

 

P1010119 

"les antiques colonnes, cordes d’une harpe résonnant encore..."

 

Photo et recherche M.R.

Partager cet article

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 00:38

 Bonnes résolutions de rentrée :

 si vous ne les possédez pas encore, courrez les commander !

 

        

LacarriÞre 1LacarriÞre 2

  

C'est par L'été grec paru en 1976

que Jacques Lacarrière (1925 - 2005) s'est fait connaître du grand public.

Ce fut un admirable passeur :

voyageur émerveillé, fantastique conteur, helléniste passionné,

et traducteur hors pair.

Son Dictionnaire amoureux de la Grèce (2001) est un festin !  

 

Ci-dessous un aperçu de l'index donnera une idée de la varièté des entrées de ce dictionnaire 

Index-d.jpg 

Le Dictionnaire amoureux de la Mythologie est une oeuvre porthume très particulière : pour faire le deuil du projet de ce Dictionnaire,

que Jacques Lacarrière avait commencé à travailler,

 l'éditeur, en hommage à l'auteur disparu,

a décidé d'en  composer et publier un, malgré tout,

à partir de textes écrits par Lacarrière et parus dans différents ouvrages.

Dictionnaire anthologique donc. 

 

Il va de soi que  L'Eté grec fait également partie des INDISPENSABLES !

 

Bonne(s) lecture(s) !

 

M.R.

 

Partager cet article

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 00:00

 

23 septembre 2010, nous voici dans l'automne ...

 

Pour conjurer les pluies d'automne et les jours qui raccourcissent, 

ci-dessous le poème d'Odysseas Elytis (1911-1996) du recueil Soleil Premier / Ήλιος ο πρώτος 

publié en 1943 : pour conjurer les horreurs de la guerre et de l'occupation nazie ? ...

 

Fin 1940 - début 1941, Elytis a combattu les troupes fascistes de Mussolini lors de la guerre d'Albanie,

d'où il revient malade et profondément abattu.

Certes l'armée grecque l'a emporté,

mais Hitler est venu à la rescousse de son allié,

et le 17 avril 1941, les troupes allemandes occupent Athènes

qu'elles évacueront  le 12 octobre 1944.

 

*****

 

                               Corps de l'été / Σώμα του καλοκαιριού

 

 

           Voilà longtemps déjà que la dernière pluie s'est fait entendre

     Παει καιρός που ακούστηκεν η τελευταία βροχή   

           Au-dessus des fourmis et des lézards

           A présent le ciel brûle sans fin

     Τώρα ο ουρανός καίει απέραντος

           Les fruits teignent leurs lèvres

           Les pores de la terre s'ouvrent tout doucement

        Της γης οι πόροι ανοίγουνται σιγά σιγά 

           Et près de l'eau qui s'écoule syllabe à syllabe

           Un végétal immense regarde le soleil les yeux dans les yeux !

        Ένα πελώριο φυτό κοιτάει κατάματα τον ήλιο ! 

 

          Qui donc est celui-là qui là-haut sur les sables gît

        Ποιος είναι αυτός που κείτεται στις πάνω αμμουδιές    

          A la renverse fumant des feuilles d'olivier argentées et noircies

          Les cigales se chauffenr dans ses oreilles

          Les fourmis travaillent sur sa poitrine

          Les lézards glissent sur le gazon de l'aisselle

          Et entre les algues de ses poieds une vague passe légère

          Distillée par la petite sirène qui chanta :

 

          Ô corps de l'été nu brûlé     

     Ω σώμα του καλοκαιριού γυμνό καμένο

          Mangé d'huile et de sel       

     Φαγωμένο από το λάδι κι από το αλάτι 

          Corps du roc et frisson du coeur

     Σώμα του βράχου και ρίγος της καρδιάς

          Grand vent dénoué de la chevelure d'osier

     Μεγάλο ανέμισμα της κόμης λυγαριάς

          Souffle de basilic sur le sexe bouclé  

        Άχνα βασιλικού πάνω από το σγουρό ςφηβαίο

            Empli de petites étoiles et d'aiguilles de pin

     Γεματο αστράκια και πευκοβέλονες

          Corps profond nef du jour !

     Σώμα βαθύ πλεούμενο της μέρας ! 

 

          Surviennent des pluies silencieuses des grêles battantes

          Les terres se griffent aux ongles de la neige

          Qui s'assombrit dans les profondeurs en vagues sauvages

          Les collines s'enfoncent dans les mamelles épaisses des nuages

          Cependant que derrière tout cela tu souris insoucieux

          Et retrouves ton heure immortelle

          Comme le soleil te retrouve sur les sables

          Comme le ciel dans ta santé nue.

 

Traduction : Jacques Phytilis 

 

Texte en greclink

 

De larges extraits de ce petit recueil de 25 poèmes ont été  mis en musique par Giannis Markopoulos en 1967/68, sous la forme d'une cantate. Corps de l'été ci-dessous.

 

 

 

Video : jimakos61 link

 

 

Le lien ci-dessous, pour le plaisir d'entendre la voix de Maria Dimitriadis ( 1961 - 2009), et vous pourrez découvrir sur You Tube d'autres extraits de ce cycle. link

 

Sur le site suivant, vous pouvez entendre le début de chaque morceau du cycle et, si cela vous chante, acheter l'album !

link

 

Ci-dessous : interview de Markopoulos (en grec)  link

 

 

  M.R.

 

 

Partager cet article

Repost 0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 00:07

 

 L'extraordinaire aventure d' Alexandre Didascaux (avec Clanet).

  

La Grèce, langue et civilisation d'alpha à oméga.

.Editions Athéna*

 

Salamine

 

Salamine suite 

 

   

http://www.athena-editions.com
"Ces albums de B.D. didactiques nous font suivre un drôle de héros qui voyage dans le temps pour nous faire découvrir l'histoire de toutes les grandes civilisations de l’Antiquité (Grèce, Egypte, Rome,Gaule, Invasions Barbares).

Plusieurs tomes sur le Moyen Age sont actuellement en préparation). 

N’oublions pas que le nom Didascaux signifie j’enseigne en grec ancien"

 

διδάσκω

M.R.

Partager cet article

Repost 0

Chouette lauréotique


                 
   
Γλαυξ λαυρεωτική
(Musée Archéologique d'Athènes)
    Tétradrachme Vème s. av J-C 
    Argent des mines du Laurion

Présentation / Παρουσίαση

         Notre Association (loi 1901, J.O. 17/12/2008) a pour projet de tisser des liens amicaux et durables entre ces deux villes situées aux deux extrêmes de l'Europe, au travers d'échanges les plus variés possible.

     Ce blog vise à donner de la publicité à nos activités, à faire connaître Lavrio, son passé, son présent, et à présenter quelques aspects de l'actualité - au sens le plus large du terme - et de la culture de la Grèce contemporaine et de la Grèce en général.


          Faites-nous part de vos commentaires, réactions et propositions : il suffit de cliquer sur "écrire un commentaire" ou d'adresser un courriel à l'adresse ci-dessous.

Recherche

COURS DE GREC

Afin de faciliter les futurs échanges, le Comité organise des cours de grec moderne.

Contact quimper_lavrio@yahoo.fr

 

Contact / Επικοινωνία